Real Time Analytics

Les grades

Grades adultes

Vous pouvez visionner et/ou télécharger les programmes de passage de grades du club de Saint Marcellin grâce aux liens suivants. Vous trouverez les feuilles de grades pour chaque kyu, ainsi que les techniques à privilégier lors d'un passage de dan. 

Pour davantage de précisions sur le travail d'armes, n'hésitez pas à vous référer à l'onglet Les Armes.

Voici également les programmes édités par la FFAB (Fédération Française d'Aïkido et de Budo), tous grades confondus.

Grades enfants et adolescents

Les enfants passent des grades particuliers, adaptés à leur âge. Contrairement aux adultes qui gardent la ceinture blanche jusqu’au 1er dan, l’obtention d’un grade enfant se traduit par la remise d’une ceinture de couleur.

Vous pouvez visionner et/ou télécharger les programmes de chaque grade enfants/adolescents.

Focus sur le hakama

Le hakama est le pantalon large plissé porté par certains aïkidokas. Bien souvent, on pense que le hakama est synonyme de ceinture noire, accordé aux hauts gradés. Mais qu'en est-il réellement?

Cette croyance est récente est provient en fait d'une méprise. En effet, le hakama était au départ simplement un signe d'appartenance à un groupe : chaque dojo japonais avait son propre hakama, ce qui permettait d'identifier l'école de chaque pratiquant. Ainsi, gradé ou débutant, chaque pratiquant portait un hakama afin de montrer son appartenance. Cependant, après la guerre, le prix du hakama devint si élevé au Japon que peu de nouveaux pratiquants ont pu se le payer. Par conséquent, seuls ceux les ayant achetés avant la guerre en portaient, ce qui correspondait aux plus anciens des pratiquants, qui avaient donc déjà un certain niveau. Ainsi lorsque les soldats américains (qui connaissaient le système des ceintures de couleurs dans les arts martiaux) débarquèrent au Japon, ils virent que les meilleurs pratiquants avaient un hakama et les nouveaux non : de là vient l'amalgame entre hakama et niveau de pratique.

Aujourd'hui, le hakama représente effectivement une garantie de niveau, mais dans l'esprit, il représente l'appartenance. Plus généralement, le pratiquant portant un hakama représente un repère pour les débutants, qu'il peut guider dans leur pratique sans toutefois bloquer leur travail ou entrer dans de longues explications. Il doit toujours veiller à travailler dans l'harmonie et avoir un comportement exemplaire, respectant et transmettant le reigi saho (l'étiquette). Il a également pour devoir de veiller à la sécurité des pratiquants, et le plus gradé d'entre eux a la charge de faire le cours en cas d'absence du professeur.

Nous avons dit plus haut que le hakama était un pantalon plissé. Chacun de ses plis a une signification. Selon Senseï Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido, les 7 plis de l'hakama représentent les 7 vertus du Budo:
- Chu : la loyauté (pli arrière)
- Koh : le respect des fondamentaux (pli arrière)
- Gi : les valeurs morales de justice et d'honneur (pli avant)
- Jin : la charité et la générosité (pli avant)
- Rei : la courtoisie et l'étiquette (la gratitude) (pli avant)
- Shin : la sincérité et l'engagement (pli avant)
- Chi : sage et intelligence (pli avant).
De manière générale, cela fait référence au principe du wa (harmonie). Le hakama foncé et le keikogi blanc représentent eux l'union des contraires, qui s'unissent au niveau du ventre, du hara, c'est-à-dire au obi.
Pour les japonais, les plis à l'arrière du hakama ont aussi une signification religieuse, illustrant le mythe suivant : lors de l'unification du Japon, les dieux de la Guerre (nommés Take-Mizazuchi-no-Kami et Futsu-Nushi-no-Kami) et celui du Soleil (Amaterasu-Omikami) s'entraidèrent pour gérer ensemble la nation en n'utilisant que leur dignité, sans recourir à l'usage des armes. Les deux plis arrières du hakama représentent les deux dieux de la Guerre, qui sont réunis au niveau du dosseret (koshi-ita), faisant lui référence au dieu du Soleil.